Friday, 20 Sha'aban 1445 | 2024/03/01
Time now: (M.M.T)
Menu
Main menu
Main menu

Sommet de l'OTAN en Lituanie et ses implications

بسم الله الرحمن الرحيم

Sommet de l'OTAN en Lituanie et ses implications

(Traduit)

Question :

Le sommet de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord (OTAN) s'est tenu en Lituanie les 11 et 12 juillet 2023, rassemblant les pays membres de cette alliance atlantique. Quels enseignements a-t-on tirés de ce sommet ? Pourquoi l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN a-t-elle été refusée ? Quelles pourraient être les conséquences des développements liés à la guerre en Ukraine ?

Réponse :

Pour clarifier les questions soulevées, examinons les points suivants :

1-    La déclaration finale de l'OTAN comprenait environ 90 points abordant divers sujets internationaux, tels que la guerre entre l'Ukraine et la Russie ainsi que d'autres questions mondiales. Cette déclaration offrait une vue d'ensemble des préoccupations internationales, mettant en évidence l'influence et l'hégémonie occidentale, notamment l'influence de l'Amérique et de l'Occident dans le monde. Les sujets abordés incluaient la Russie, le conflit en Ukraine, la Chine, les régions de l'océan Indien et du Pacifique et leurs pays respectifs, les relations avec l'Union européenne, le Moyen-Orient, l'Iran, l'Irak, la Jordanie et l'Afrique. Ce document illustre l'approche occidentale dominante, son contrôle mondial ainsi que ses tentatives d'imposer son influence et son hégémonie sur d'autres nations. Il offre une perspective sur l'avenir pour maintenir cette hégémonie occidentale dirigée par l'Amérique, voire une hégémonie américaine sous le nom de l'OTAN.

L'Amérique se réjouit de sa réussite majeure au sein de l'OTAN, consolidant son hégémonie sur les pays membres, y compris ceux de l'Union européenne. Elle a travaillé activement à élargir son emprise en favorisant l'adhésion de la Finlande et de la Suède, approuvée après le soutien de la Turquie d'Erdogan. Cela a été un revers significatif pour les efforts européens, notamment ceux menés par la France, visant à éliminer l'influence américaine et à créer une force européenne autonome pour renforcer l'Union européenne, devenue affaiblie et sous la domination américaine. En novembre 2019, le président français Macron avait critiqué l'OTAN comme étant "en état de mort cérébrale" et plaidé pour une force européenne indépendante. Cette position avait suscité la colère de l'Amérique, renforçant son insistance sur la consolidation de l'OTAN. L'éclatement de la guerre en Ukraine a été une opportunité pour empêcher l'Europe de s'affranchir de l'emprise américaine, de sa suprématie et de son arrogance, se présentant ainsi sous la tutelle de l'Amérique.

2-    En ce qui concerne l'Ukraine, les États-Unis refusent actuellement son inclusion dans l'alliance. Le président américain Biden a déclaré à l'issue du sommet : « Les dirigeants de l'OTAN ont convenu que l'Ukraine deviendrait membre après la guerre » (BBC, 7 décembre 2023). Elizabeth Stickney a ajouté : « L'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'est pas envisageable actuellement, n'est pas discutée pendant le conflit, et la priorité de Washington lors du sommet de l'OTAN est de continuer à soutenir l'Ukraine » (Sky News, Al Jazeera, 11 juillet 2023). La déclaration finale approuvée par les dirigeants de l'OTAN indiquait : « L'avenir de l'Ukraine et au sein de l'OTAN... L'intégration euro-atlantique de Kiev a dépassé la nécessité d'un plan d'action pour l'adhésion." La déclaration précisait : "Nous pourrons inviter l'Ukraine à rejoindre l'alliance lorsque les membres seront d'accord et que les conditions requises seront remplies" (Al Jazeera, 11 juillet 2023). Les dirigeants de l'OTAN n'ont pas encore émis d'invitation à Kiev ni annoncé de calendrier pour son adhésion, mais ils ont supprimé l'exigence de compléter le Plan d'action pour l'adhésion, ce qui élimine effectivement un obstacle à l'adhésion de l'Ukraine. En d'autres termes, après la fin du conflit, l'Ukraine pourrait rejoindre l'OTAN. Les circonstances peuvent évoluer et contraindre les pays de l'OTAN à inclure l'Ukraine. La position décisionnelle de l'Amérique change et annonce cette possibilité. Ainsi, la Russie a échoué dans tous ses calculs concernant la guerre en Ukraine.

3-    La position américaine a provoqué l'irritation du président ukrainien Zelensky, qui, en se dirigeant vers la conférence, a exprimé sa colère sur Twitter après avoir pris connaissance du contenu de la déclaration finale. Il a déclaré : « Il est ridicule, sans précédent et déraisonnable de ne pas fixer de calendrier pour l'Ukraine. Le manque de clarté est une faiblesse et le fait de ne pas établir de calendrier signifie que l'adhésion de son pays pourrait éventuellement devenir une monnaie d'échange. » Les déclarations finales sont généralement préparées par le décideur avant d'être discutées lors de sommets et de conférences, puis sont modifiées ou approuvées telles quelles. Les membres de la délégation américaine étaient contrariés par la réaction de Zelensky et l'ont exhorté à se calmer tout en l'encourageant à accepter l'assistance sécuritaire promise. Zelensky est resté silencieux, modifiant ultérieurement ses déclarations en affirmant : « L’OTAN assurera la sécurité de l’Ukraine, et l’Ukraine rendra l’alliance plus forte » (BBC, 12 juillet 2023).

Sachant qu’en 2008, l’OTAN avait exprimé son engagement à travailler pour l'éventuelle adhésion de l'Ukraine. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a souligné que le manque de fixation d'un calendrier pour l'adhésion de l'Ukraine a suscité des inquiétudes chez le président ukrainien Zelensky. Cependant, il a également affirmé que l'OTAN continuait de soutenir l'Ukraine et a annoncé que les membres de l'alliance avaient convenu d'un plan global de défense pour faire face à la Russie et apporter un soutien militaire à Kiev (Al Jazeera, 11 juillet 2023). Il est important de souligner que l'OTAN ne cherche pas à s'engager dans un conflit direct ni à envoyer ses propres troupes pour combattre. L'article 5 du Traité de Washington de l'OTAN, établi le 4 avril 1949, stipule qu'une attaque contre un membre de l'OTAN est considérée comme une attaque contre tous les membres.

L’Amérique veut envoyer du matériel et des armes pour tuer des Russes et des Ukrainiens jusqu’à ce qu’elle batte la Russie, puis l’Ukraine rejoindra l’OTAN et les forces américaines y entreront et établiront leurs bases militaires non loin de la capitale russe, Moscou.

4-    La déclaration, largement diffusée par de nombreux médias, dont certains ont partagé ses détails et ses clauses, souligne que les Alliés s'engagent à collaborer étroitement pour faire face aux menaces et aux défis posés par la Russie. La déclaration met en avant que la Russie est considérée comme la principale menace pour la sécurité des Alliés de l'OTAN et pour la paix dans la région euro-atlantique. Selon l'article 34 de la déclaration : "En réaction à un environnement de sécurité considérablement modifié, nous renforçons la défense collective de l'Alliance contre toute menace venant de n'importe quelle direction. Depuis 2014, en particulier lors de la crise de la Crimée et de l'intensification de la présence russe dans l'est de l'Ukraine, et plus précisément lors du Sommet de Madrid en 2022, des décisions ont été prises pour renforcer notre position et définir clairement une voie vers une adaptation militaire accélérée.

Aujourd'hui, nous avons convenu de mesures essentielles visant à renforcer davantage la posture de dissuasion et de défense de l'OTAN dans tous les domaines, y compris le renforcement des défenses avancées et la capacité de l'Alliance à répondre rapidement à toute menace contre l'un de ses membres. Nous mettrons en œuvre ces mesures intégralement afin de priver tout adversaire potentiel de toute opportunité d'agression contre la sécurité des Alliés. La Chine n'a pas été identifiée comme une menace directe, mais plutôt comme un défi aux intérêts et aux valeurs de l'Alliance.

Le communiqué tient la Russie pour responsable de la situation en Ukraine, considérant cela comme une menace pour la sécurité et la paix en Europe et dans d'autres régions du monde. Il souligne l'augmentation de la mobilisation russe dans plusieurs régions, dont la mer Baltique, la mer Noire, la mer Blanche, et le maintien de capacités militaires étendues dans l'Arctique, le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et la région du Sahel.

Cependant, le communiqué précise que l'Alliance ne cherche pas à provoquer la Russie et ne représente pas une menace pour elle. Il souligne néanmoins que les politiques et les actions hostiles de la Russie ne la considèrent pas comme un partenaire (Al-Jazeera, 7/11/2023), dans le but de semer le doute quant à l'intention de l'Occident et de l'amener à envisager une entente possible. Cela dénote une incertitude quant à la perspective d'un accord permettant à la Russie de sauver la face après son implication et l'échec de ses objectifs, devenus difficiles à atteindre.

Face à cette situation complexe et à la guerre prolongée, l'Occident, principalement sous l'égide des États-Unis, semble chercher à prolonger le conflit afin d'atteindre ses propres objectifs. Il semble que tous les pays occidentaux, y compris le Japon, aient adopté le point de vue américain visant à affaiblir la Russie et à modifier la situation, y compris le leadership politique du pays. En marge de la conférence, les dirigeants du G7 ont exprimé leur soutien continu à l'Ukraine face à l'agression russe, quel que soit son prolongement (BBC, 12/07/2023).

5-    Les membres de l'OTAN ont exprimé leur appréciation des capacités nucléaires existantes et ont affirmé leur engagement à développer ces capacités, tel que stipulé à l'article 44. Ils ont déclaré : « La force nucléaire stratégique de l'Alliance, notamment celle des États-Unis, assure la sécurité et dissuade l'agression. L'Alliance prendra toutes les mesures nécessaires pour garantir la crédibilité et l'efficacité de la dissuasion nucléaire, y compris la poursuite de la modernisation des capacités nucléaires de l'Alliance afin d'assurer sa souplesse et sa capacité à s'adapter aux évolutions internationales.

Ils ont également formulé des avertissements indirects à l'égard de la Russie en cas d'utilisation d'armes nucléaires dans le conflit en Ukraine : « Toute utilisation d'armes nucléaires contre l'Alliance changerait fondamentalement la nature du conflit (en Ukraine). Les membres de l'OTAN ont réaffirmé, lors de leur dernière réunion (article 28), leur engagement à consacrer au moins 2 % de leur PIB annuel aux dépenses militaires afin de maintenir leur supériorité technologique et de poursuivre la modernisation et la réforme des forces de l'OTAN.

Cette orientation pourrait déclencher une nouvelle course aux armements et vise à moderniser l'OTAN pour répondre à une nouvelle ère de défense collective, avec l'unité et la détermination des membres à défendre le territoire des pays alliés dans tous les domaines, y compris terrestres, aériens et maritimes, comme indiqué dans le communiqué, avec la direction occidentale. Les États-Unis s'engagent dans le développement de leurs capacités nucléaires, menaçant d'en faire usage, tout en continuant à développer leurs capacités militaires dans tous les domaines, tout en s'opposant à tout pays cherchant à acquérir ou à développer des armes nucléaires ou à accroître ses capacités militaires. Le communiqué a également condamné les activités nucléaires de l'Iran et de la Corée du Nord, en critiquant les expériences de cette dernière pour développer des capacités de missiles, comme indiqué aux articles 56, 57 et 84.

6-    Le communiqué de l'OTAN a fait référence à la Chine dans les articles 6, 23, 24, 25 et 55, condamnant « les ambitions de la Chine et ses politiques coercitives déclarées qui menacent les intérêts, la sécurité et les valeurs » de l'OTAN. Il mentionne que « la stratégie, les intentions et le renforcement militaire de la Chine restent ambigus », soulignant ses « opérations hybrides et cyber malveillantes, son langage conflictuel et sa désinformation qui visent les alliés et portent atteinte à la sécurité de l’OTAN ». L'OTAN accuse également la Chine d'utiliser son influence économique pour créer des dépendances stratégiques, renforcer son emprise et saper l'ordre international basé sur des règles, y compris dans les domaines spatial, cybernétique et maritime. Elle vise également à contrôler des secteurs technologiques et industriels clés, ainsi que des infrastructures critiques et des chaînes d'approvisionnement stratégiques.

Dans le communiqué, l'OTAN a appelé la Chine à « jouer un rôle constructif en tant que membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU, à condamner la guerre menée par la Russie contre l'Ukraine, à cesser de soutenir l'effort de guerre russe, et à ne pas propager les fausses accusations russes visant à impliquer l'Ukraine et l'OTAN dans le conflit. » Parallèlement, l'OTAN a exprimé sa volonté « d'engager un dialogue constructif avec la Chine, incluant la transparence mutuelle pour protéger les intérêts stratégiques ».

L'OTAN n'a pas qualifié la Chine de menace directe pour l'Occident ou l'alliance, bien qu'elle ait condamné ses ambitions perçues comme menaçantes pour leurs intérêts et pour l'hégémonie mondiale, notamment l'hégémonie de l'Occident menée par les États-Unis. Elle considère la stratégie et les intentions militaires de la Chine comme ambiguës. Précédemment, nous avions abordé ce sujet dans une réponse concernant la "Visite de Blinken en Chine" du 03/07/2023, mentionnant que : « L'un des objectifs clés de cette visite, non atteint, était d'établir un canal de communication entre les militaires chinois et américains, avec des objectifs ressemblant à de l'espionnage. Il semble que la Chine en ait pris conscience et ait catégoriquement rejeté ces canaux. »

L'OTAN s'est particulièrement concentrée sur les préoccupations régionales, notamment dans l'article 85, abordant « les menaces chinoises dans la région indo-pacifique ». Elle a souligné que « ces développements régionaux ont un impact direct sur la sécurité en Europe et dans l'Atlantique », saluant également « la participation des partenaires » tels que le Japon, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud, et soulignant la nécessité de renforcer le dialogue et la coopération avec eux. L'Amérique utilise l'OTAN pour exercer une pression maximale sur la Chine.

7-    La déclaration a mentionné la pertinence stratégique du Moyen-Orient et de l'Afrique, tel que souligné dans les articles 82 et 83. Elle a exprimé la volonté de l'OTAN d'intensifier son engagement et sa coopération diplomatique mondiale, notamment avec les partenaires du Dialogue méditerranéen et de l'Initiative de coopération d'Istanbul. Elle a annoncé des projets de soutien pour l'Irak, la Jordanie, la Mauritanie et la Tunisie, et a évoqué la possibilité d'établir un bureau de liaison de l'OTAN à Amman, en Jordanie.

La déclaration a mis l'accent sur le soutien à la stabilisation de l'Irak et la lutte contre « l'État islamique » (Daesh). En réponse à la demande du gouvernement irakien, l'OTAN étudie l'extension de sa mission en Irak pour fournir des conseils au ministère irakien de l'Intérieur concernant la police fédérale. Cela suggère que l'OTAN considère ces régions comme une zone d'influence purement occidentale, dans laquelle l'Amérique s'efforce de renforcer son emprise et de convaincre l'OTAN qu'elle agit dans l'intérêt collectif des membres de l'alliance. Ces deux régions sont l'objet d'une concurrence entre les pays membres de l'OTAN pour exercer leur influence, notamment entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France.

8-    L'idée des blocs est l'une des idées les plus dangereuses au monde, comme nous l'avons mentionné dans notre livre "Concepts politiques du Hizb ut Tahrir". Elle a déclenché des guerres mondiales par le passé, ainsi que des agressions contre l'Afghanistan, l'Irak et la Libye. Le Pacte de Varsovie, en tant que rival de l'OTAN et représentant une menace pour l'Occident, a pris fin. L'OTAN aurait pu être dissoute à ce moment-là, mais les États-Unis ont insisté pour la maintenir afin de conserver leur hégémonie sur les pays occidentaux, en particulier sur l'Union européenne, et pour l'utiliser comme levier contre d'autres nations.

Cette alliance constitue donc le bloc le plus dangereux pour le sort de l’humanité, qui n’a jamais connu de bloc de sa taille et de sa force dans l’histoire, englobant des nations dotées d'armes de destruction massive et de capacités industrielles et technologiques considérables. Elle est dirigée par les États-Unis, une puissance coloniale d'une envergure sans précédent, ayant utilisé l'arme nucléaire lors de la Seconde Guerre mondiale au Japon. Cette alliance vise à étendre et renforcer son influence, augmentant ainsi la menace de guerres dévastatrices à l'échelle mondiale, tout en cherchant à imposer son hégémonie à travers le monde.

Travailler à la renforcer et à l'élargir (c'est-à-dire cette alliance) est un crime contre l'humanité et provoque des guerres d'agression destructrices, car ses pays osent en attaquer d'autres parce que derrière eux, il y a de nombreux pays qui les soutiendront, et les pertes humaines et matérielles deviennent plusieurs fois plus grande. Il n'y a pas de solution à ce problème sauf en combattant l'idée de blocs et l'idée de l'existence de l'OTAN et que son existence n'a aucune justification car elle est agressive, et c'est en créant une opinion publique mondiale sur C'est pourquoi le monde a désormais besoin d'un État pour le sauver de cette situation et il n'y a aucun autre État que l'État du Califat islamique digne de mener à bien cette mission, qui sera bonne pour l'humanité et miséricorde pour le monde.

Renforcer et élargir cette alliance représente un crime contre l'humanité, entraînant des guerres d'agression destructrices. Les pays membres osent attaquer d'autres nations sachant qu'ils bénéficieront du soutien de nombreux autres pays, entraînant des pertes humaines et matérielles considérables. La seule solution à ce problème réside dans la lutte contre l'idée de blocs et l'existence de l'OTAN, car cette alliance est agressive et injustifiable. Il est essentiel de créer une opinion publique mondiale contre cette initiative. C'est pourquoi le monde a besoin d'un État pour le libérer de cette situation, et l'État du Califat islamique est le seul capable d'accomplir cette mission, apportant bienfait à l'humanité et miséricorde au monde.

﴿وَمَا أَرْسَلْنَاكَ إِلَّا رَحْمَةً لِّـلْعَالَمِينَ﴾.

Et Nous ne t'avons envoyé qu'en miséricorde pour l'univers.”[Al-Anbia: 107]

Dhu al-Hijjah 1444 AH
18/07/2023

back to top

Catégories de Sites

Liens

Occident

Terres Musulmanes

Terres Musulmanes